L’identité des imaginaires sociaux et la nature des droits

Research output: Contribution to journalArticlepeer-review

Abstract

Le but de Charles Taylor, dans ce remarquable petit livre, est d’esquisser la forme particulière de la modernité occidentale, dans la mesure où elle peut être caractérisée par rapport à un certain nombre de sphères de la vie sociale et de formes d’autocompréhension qui leur sont associées. Il identifie trois de ces formes comme étant cruciales à la modernité: la société comme économie de marché, la société comme sphère «métatopique» de discussion publique sur des sujets d’intérêt commun, et la société, ou «le peuple», établi comme agent collectif à travers les formes institutionnelles du gouvernement démocratique. Il prétend que nous pouvons reconnaître, dans ces formes de pratique sociale et d’autocompréhension, «les linéaments de notre compréhension de l’ordre moral dans les démocraties libérales contemporaines» (p. 143). Sous plusieurs aspects, c’est une histoire familière sur la nature de la société occidentale. L’originalité de la version de Taylor réside dans l’effort qu’il met à relier ces assemblages complexes de discours et de pratiques sociales en explorant l’idée que la modernité occidentale «est inséparable d’un certain type d’imaginaire socia
Original languageFrench
Pages (from-to)499–506
JournalPhilosophiques
Volume33
Issue number2
DOIs
Publication statusPublished - 2006
Externally publishedYes

Cite this